Témoignages

L’entrepreneuriat pour lutter contre le décrochage scolaire

Pascale Beaudry est la directrice adjointe de l’école secondaire Henri-Bourassa, à Montréal. Femme de passion, elle a fait de l’entrepreneuriat un outil pédagogique efficace pour susciter l’engouement de ses élèves et pour améliorer la persévérance scolaire. Depuis quatre ans, Pascale Beaudry se sert de l’entrepreneuriat comme levier scolaire. Un projet éducatif qui ne laisse aucun élève de côté. 

Les jeunes en situation de décrochage scolaire s’orientent souvent vers des voies qualifiantes en 3e et 4e années du secondaire. Les élèves y suivent des cours de base en mathématiques, en français et en anglais. À l’école Henri-Bourassa, les élèves en difficulté peuvent suivre une formation en alternance, choisie parmi plusieurs programmes d’initiation à la formation professionnelle (IFP), dont la mécanique, la coiffure, la menuiserie ou la restauration. Lorsque la fin de l’année scolaire approche, chaque jeune de la cohorte prépare un projet entrepreneurial correspondant à la formation qualifiante qu’il suit.

L’entrepreneuriat pour développer les qualités des élèves et les aider à persévérer

Les résultats observés par Pascale Beaudry sont nombreux. 

« Je remarque une amélioration sans précédent de la persévérance scolaire qui s’établit désormais à 96 %. Du jamais vu! »
Ses programmes entrepreneuriaux favorisent également diverses aptitudes et qualités, notamment la résistance au stress, l’autonomie, le sens des responsabilités, le leadership, le travail d’équipe et la confiance en soi. Madame Beaudry loue l’action de Fusion Jeunesse qui a envoyé des coordonnateurs afin d’accompagner les enseignants et les élèves. « Les chances de réussite de mes élèves ne sont pas toujours les meilleures au départ, mais je sais qu’ils finiront par réussir. » Pascale Beaudry reconnaît avoir beaucoup appris de ses élèves. Elle salue en outre le travail de toute son équipe pédagogique, qui a adopté sans hésitation sa vision et son projet combinant scolarité et entrepreneuriat.

L’intégration de l’entrepreneuriat dans le cursus scolaire

Quatre rencontres pédagogiques d’orientation sont organisées avec chaque élève durant l’année scolaire. L’équipe de l’école Henri-Bourassa souhaite ainsi être au plus proche des caractéristiques personnelles de chacun et chacune.

Pascale Beaudry veut assurer la continuité dans ses programmes tout au long des voies qualifiantes. Ainsi, outre les matières classiques, l’établissement offre, en 3e secondaire, un cours d’exploration professionnelle. En 4e secondaire, les élèves peuvent suivre un cours de développement personnel et professionnel ainsi qu’une formation en leadership. Les semaines de cours classiques et celles de cours d’entrepreneuriat alternent. Plan d’affaires, étude de marché, développement de produits ou de services et publicité, tout y passe. Des vocations y naissent

« Dans mes programmes, l’entrepreneuriat est un prétexte pour faire passer mes élèves à l’action. »

La reconnaissance des efforts accomplis

Depuis maintenant 3 ans, l’établissement organise un salon de l’entrepreneuriat pendant lequel les élèves présentent leur projet devant un jury constitué d’entrepreneurs québécois, de membres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, de Fusion Jeunesse ou du Carrefour jeunesse-emploi.

« Lors de notre gala d’excellence, en juin 2015, nous avons par exemple récompensé quatre jeunes qui avaient le projet de lancer un restaurant. »

Cet évènement permet de valoriser les efforts accomplis. Les élèves sont fiers de présenter leur projet devant des personnes externes et des membres importants de la communauté. Cet évènement constitue également un élément supplémentaire de motivation tout au long du projet.

Des cohortes toujours plus nombreuses

L’âge moyen des élèves en formation est de 15 à 17 ans. Pour l’année scolaire 2015-2016, 58 élèves sont en IFP3 et 56 en IFP4. Mme Beaudry regrette de devoir refuser l’inscription de candidats trop jeunes pour prendre part aux enseignements.

Enthousiaste, elle conclut en affirmant : 

« Ma plus belle récompense, c’est la présence de mes élèves, c’est de les voir heureux et souriants le matin. L’entrepreneuriat rend leur vie scolaire plus agréable. »

À l’école secondaire Henri-Bourassa, on favorise l’insertion scolaire par l’entrepreneuriat!

Pour aller plus loin 

Retrouvez les programmes de l’école Henri-Bourassa sur le site web de l’établissement.

L’action de Pascale Beaudry est soutenue par :
Réseau des Carrefours jeunesse-emploi
Fusion Jeunesse